Lee Yoon Hyung



 


Partagez | 
TEST
avatar
Pseudo : Saoki / >c-project
Messages : 477
Date d'inscription : 27/08/2013
Orientation : Bisexuelle
Situation : Fiancée, mais infidèle et contre cette union

À savoir !
Degré:
5/10  (5/10)
Relationship:
Disponibilité:
Voir le profil de l'utilisateur http://remains.fofogourmand.com

Message  Sujet: Lee Yoon Hyung     Mer 8 Mar - 14:33

Revenir en haut Aller en bas
TEST
avatar
Pseudo : Saoki / >c-project
Messages : 477
Date d'inscription : 27/08/2013
Orientation : Bisexuelle
Situation : Fiancée, mais infidèle et contre cette union

À savoir !
Degré:
5/10  (5/10)
Relationship:
Disponibilité:
Voir le profil de l'utilisateur http://remains.fofogourmand.com

Message  Sujet: Re: Lee Yoon Hyung     Mer 8 Mar - 16:23


Dis moi que tu vas bien !
MINRI & YOON

je pensais sérieusement devenir dingue. à chaque seconde de sonnerie supplémentaire, je perdais mon sang froid. comme si, comme si le monde délectait de ma panique. je n'avais pas peur, du moins, je le pensais sincèrement. maeum n'était pas à la fac, je le savais, je m'étais renseigné, ainsi j'aurais pu avoir l'esprit tranquille. mais non, ce n'était jamais aussi simple, dans ma vie, je ne voulais pas m'ennuyer, je lui avait donné rendez-vous et sur l'instant, je me disais très sérieusement, très sincèrement que j'étais le pire des connards, le dernier des imbéciles. pour ce caprice, j'avais finalement fini par la mettre en danger, alors que celle-ci n'était pas à l'université de base. j'étais en colère, contre moi et contre les criminels. contre l'explosion, contre les laboratoires ; contre tout. et je détestais ça, perdre mon calme. alors, les poings serrés, je me fichais bien de la fumée qui me brûlait et la gorge et les yeux, je n'avais qu'une idée en tête, la trouver et me casser d'ici. sur l'instant, je me fichais encore plus des autres étudiants. ce n'est qu'en me dirigeant vers le couloir, toujours le téléphone à l'oreille que je l'entendis, très distinctement parmi les cris et que mes yeux la cherchèrent instantanément. quand elle entra dans mon champs de vision, la voyant indemne, un soulagement profond me traversait et je me voyais déjà courir vers elle. pourtant, encore une fois, tout ne se passa pas comme prévu et je crus devenir dingue quand je vis cette poutre tomber vers elle. hurlant son prénom alors que je partis la rejoindre sans penser une seconde à si je me mettais en danger. j'avais déjà perdu ma mère, et ma demie-sœur, je ne pouvais pas me permettre de perdre une nouvelle personne à qui je tenais, min ri était beaucoup trop importante pour que je la laisse ici, où qu'elle se blesse. son importance me frappa avec une violence qui me fit chanceler et je dus me protéger le visage quand un boum fracassant, signifiant la fin de la chute de la poutre se fit entendre. « Chaton ? Min Ri ! » je n'attendis pas plus longtemps pour m'approcher du lieu encore instable et fragile, cherchant malgré tout à être prudent pour éviter une nouvelle chute. et je fus si soulager de la voir derrière les débris, en un seul morceau. « bordel min ! tu n'as rien, ça va ? éloigne toi de là, c'est moi qui vient, c'est clair ? tu ne bouges pas ou je t'étripe ! » la panique me faisait dérailler et j'étais partagé entre la voir près de moi, la prendre dans mes bras ou, au contraire, qu'elle en profite pour se barrer le plus loin possible de cette merde. mais le plus important, pour l'instant, était que j'arrive à me frayer un passage pour la rejoindre.



© kerushirei
Revenir en haut Aller en bas
TEST
avatar
Pseudo : Saoki / >c-project
Messages : 477
Date d'inscription : 27/08/2013
Orientation : Bisexuelle
Situation : Fiancée, mais infidèle et contre cette union

À savoir !
Degré:
5/10  (5/10)
Relationship:
Disponibilité:
Voir le profil de l'utilisateur http://remains.fofogourmand.com

Message  Sujet: Re: Lee Yoon Hyung     Mar 14 Mar - 13:00



Troublemaker ft. YoonHyung



+++
en quittant la fac,je savais pertinemment que j'avais perdu mon temps. et s'il est vrai je le regrettais, je ne plaignais pas de certaines rencontres et découvertes. j'étais connu à l'université, pour être le pire enfoiré de la terre et je ne m'en plaignais pas, ce pouvoir qui coulait entre mes mains grâce à cette réputation était si jouissif que j'aurais pu y rester rien que pour en profiter. bien que récemment je n'avais pas vraiment que ça à faire.

et que je refusais de m'emmerde plus longtemps dans l'établissement.

hors, j'avais gardé de nombreux contacts qui m’amenaient régulièrement à revenir par ici, ne serait-ce que pour me refaire une étudiante de temps en temps. et venir en touriste, évitant cette fois les cours suite à une désinscription, me permettant de voir ce qui n'était pas si évident en temps normal. les petits secrets que l'on cache, pour faute grave. je le savais, malgré mon départ, j'avais encore de nombreuses cartes en main.

et je ne comptais pas les laisser se terrer dans un silence qui les ferait faner jusqu'à les oublier. je n'étais pas aussi conciliant, c'était beaucoup plus amusant d'en profiter, de s'en moquer ; parfois de s'en servir pour faire pression. alors, je les gardais au chaud, dans un tiroir et quand je m'ennuyais, je les ressortais. tout été bon pour me divertir.

alors, tandis que je m'emmerdais ce soir, je les regardais, listant les plus intéressants. et je ne fis pas prier plus longtemps ; je savais lequel serait le plus compromettant. ainsi, j'embarquais avec moi les quelques clichés, pris il n'y a pas si longtemps, les foutant dans un sac à dos alors que je me préparais à sortir.

je savais où je le trouverais.
et je ne perdis pas pour m'y rendre.

parce qu'il devait bientôt finir son cours et que j'aurais tout le loisir de m'en servir. je ne nierais pas que le rendre barge me faisait jubiler plus que de raison. et je ne mis pas si longtemps à arriver au studio, alors que les élèves quittaient tous les lieux. // me dirigeant vers sa salle, j'entendis une musique s'y évader et si on ne se détestait pas autant, j'aurais presque pu continuer de le contempler, lui et son corps musclé. hors, je me contenta de poser mon sac et m'appuyer contre la porte avec un ennui certain et non feins. puis, quand enfin la musique s'arrêta et avant qu'une nouvelle se lance, je me mis à applaudir de manière très exagéré.

un rictus au bord des lèvres, l'amusement au bout des doigts. « je pari que beaucoup d'étudiants se damneraient pour un corps pareil hm... je me trompe ? » je n'étais pas décidé à tout lui dire maintenant, mais il était certain que mes questions et sous-entendus le mènerait à la conclusion que j'étais au courant de quelque chose. « franchement, je sais pas si je pourrais être professeur, j'aurais probablement envie de m'en faire quelques un. » puis en me redressant je m'étirais et parcouru la pièce comme si j'étais chez moi. on ne s'aimait pas, je savais que ma présence le mettrait hors de lui. et même si on avait déjà couché ensemble lui et moi, je n'étais pas d'humeur à l'apprécié à présent, bien au contraire. « Yo. »





*
Revenir en haut Aller en bas
TEST
avatar
Pseudo : Saoki / >c-project
Messages : 477
Date d'inscription : 27/08/2013
Orientation : Bisexuelle
Situation : Fiancée, mais infidèle et contre cette union

À savoir !
Degré:
5/10  (5/10)
Relationship:
Disponibilité:
Voir le profil de l'utilisateur http://remains.fofogourmand.com

Message  Sujet: Re: Lee Yoon Hyung     Mar 14 Mar - 13:19


I'll go, I'll go and then you go,
you go out and spill the truth
YOONRI

je pensais sérieusement que devenir dingue était un avenir plus proche que l'obtention de mon diplôme. je me revoyais des années plus tôt, tandis que je réfléchissais à comment me détacher d'une femme que j'avais aimé au détriment de notre situation. à cette époque j'avais littéralement péter un câble, j'étais devenu l'homme que je suis aujourd'hui, j'avais appris à ne plus me préoccuper des autres, à n'être qu'une personne violente et vulgaire, qui se servait des gens comme on utilisait une serviette. mais, comme toujours, dans ce caractère de brute, il était encore une fois question de femme. si j'avais appris à n'être qu'un amant infidèle, j'en revenais toujours au même moi ; il y en avait toujours une qui s’immisçait plus que les autres. tout avait commencé avec ma mère, il va s'en dire, puis était venue maeum et maintenant... min ri avait ce pouvoir de me faire perdre le contrôle comme jamais. soucieux de son état, de sa vie, de ses problèmes. inquiet quand je ne la voyais pas près de moi. et je détestais cette nouvelle faiblesse, autant que je pouvais l'adorer. néanmoins et pour le coup, j'étais davantage dans une humeur massacreuse que dans notre séduction habituelle et son silence crut me faire perdre la tête. j'hésitais très sérieusement entre la buter et la tuer. alors s'accueillait la nicotine avait une telle joie que mes muscles se permettaient de se détendre légèrement, bien que ce n'était pas encore ça... son suspense était insupportable. « putain min ! je suis là non ? tu déconnes, tout le temps, mais je suis toujours là. » et ma colère s'évaporait en même temps que la fumée, bien que celle-ci n'était pas seulement passagère. « merde tu fais chier. tu m'appelles, en crise, je fais au plus vite pour venir, tu crois que c'est pour repartir ensuite ? je te promet chaton, ma patience a des limites, si tu ne le fais pas de toi-même je te forcerais à me parler ou j'irais moi-même là-bas pour me renseigner. et crois-moi, si ça ne vient pas de toi, tu vas ramer pour te faire pardonner. je suis pas le pote sympa qui prendra un thé avec toi en t'écoutant pleurnicher. » les gens diraient que je suis dur, mais min ri me connaissait et j'étais sincère, je serais toujours là pour elle, tant qu'elle ne prenait pas pour un doudou ou un journal intime où on écrivait simplement qu'on avait merder sans expliquer pourquoi. je voulais bien l'emmener où elle voulait, ne jamais la quitter, mais je refusais de vivre dans l'ignorance. « arrête tes conneries de péchés, tu vois pas que je suis là ? que je suis toujours là ? il te faut quoi de plus ? que je te supplie ? tu rêves. parle, parle, je te lâcherais pas. » c'était ma manière, de lui dire que je la laisserais jamais. « je vais m'énerver, tu me connais, je me connais, je vais péter un câble, mais je partirais pas. dis-moi la vérité, supporte mes paroles, on sait tous les deux que ça va mal se passer, mais je resterais, je m'excuserais ensuite s'il le faut. seulement, tu peux pas me laisser comme ça, j'vais buter tout le monde putain. » et elle en première si elle accouche pas ses problèmes. genre, vraiment.

© kerushirei


Revenir en haut Aller en bas
TEST
avatar
Pseudo : Saoki / >c-project
Messages : 477
Date d'inscription : 27/08/2013
Orientation : Bisexuelle
Situation : Fiancée, mais infidèle et contre cette union

À savoir !
Degré:
5/10  (5/10)
Relationship:
Disponibilité:
Voir le profil de l'utilisateur http://remains.fofogourmand.com

Message  Sujet: Re: Lee Yoon Hyung     Ven 17 Mar - 12:59

♦♦♦ je déteste. je déteste qu'on contrarie mes plans. et rahel se le permettait bien trop souvent, comme si elle estimait avoir le droit de faire ce qu'elle voulait. parfois elle oubliait que l'argent que je lui donnais était comme un contrat ; je payais, elle répondait. mais non seulement elle se permettait de me chauffer, mais en plus elle finissait par me dire que madame était occupée. elle va bien ou pas ? si c'est pas de la provocation pour que je la bute, alors je sais pas trop ce qu'elle veut. je suis pas le mec le plus patient de la terre, faudra pas s'étonner si un jour je fini par la séquestrer et peut-être la torturer de sorte à ce qu'elle ne puisse plus jamais tenter ce genre de jeu avec moi. ouais, ça c'est une bonne idée. le soucis qui s'pose maintenant c'est que imaginer ça, ça va pas aider à calmer ma frustration. j'ai besoin de m'envoyer en l'air avec quelqu'un et peu importe qui. ce qui explique pourquoi je me retrouve là, ce soir, j'ai pas envie de min ri, non je veux me taper quelqu'un salement. seulement, une fois sur place ce que je vois ne me plait pas du tout. cette garce. bordel, je vais la démonter. j'aime pas beaucoup qu'on se foute de ma gueule et la voir là, assise au bar avec ce blaireau, à l'embrasser comme si sa vie en dépendait. putain, elle me met hors de moi, je sens mon sang qui ne fait qu'un tour dans mes veines tandis que mes pas me mènent à elle et que je fini par l'attraper par les cheveux. la violence et moi c'est toute une histoire, mais avec elle... je supporte pas ça, mais elle m'y pousse, je vois rouge tandis que je reconnais le mec sur qui elle est. « crois-moi babe, tu vas passer un sale moment. » et toujours en tenant ses cheveux entre mes doigts, je la tire sans le moindre ménagement vers le fond de la salle. décidant finalement de faire un tour par les toilettes. je nous y enferme et la plaque sans douceur contre le mur dégueulasse. « je pense qu'un rappel des règles s'impose. tu quitteras pas ce lieu tant que tu n'auras pas compris. » et on pouvait y rester longtemps, si je le voulais.
Revenir en haut Aller en bas
TEST
avatar
Pseudo : Saoki / >c-project
Messages : 477
Date d'inscription : 27/08/2013
Orientation : Bisexuelle
Situation : Fiancée, mais infidèle et contre cette union

À savoir !
Degré:
5/10  (5/10)
Relationship:
Disponibilité:
Voir le profil de l'utilisateur http://remains.fofogourmand.com

Message  Sujet: Re: Lee Yoon Hyung     Ven 21 Avr - 13:04

♦♦♦ j'en avais vraiment marre de ces conneries. Marre de me prendre la tête, de vivre pour une fille qui me rendait dingue avec ses histoires. Vivre plusieurs années à New York en y faisant un sale travail, ça durcit les cœurs, je n'ai pas honte de ce que je suis devenu, je n'ai pas envie de redevenir le gentil gars que j'ai pu être dans le passé. J'ai rapidement compris que ça n'apportait rien en plus de vivre honnêtement. Et j'ai beau éprouver ce que j'éprouve aujourd'hui, je ne suis pas un mec capable de se poser, alors cette virée, cette petite soirée, j'en ai vraiment besoin. Pas de sentiments, pas d'attache, juste du sexe. Juste une pauvre fille qui me suce et que je baiserais pour quelques billets. J'ignore son commentaire sr le préservatif, n'en ayant rien à faire. Elle pourra se plaindre autant qu'elle le désire, je compte bien en faire qu'à ma tête. Comme d'habitude. Ce n'est pas comme si je lui donnais le choix de toute manière, enfin peu importe. Je sens comme une libération tandis que je sens ses lèvres autour de moi, je profite des frissons qui parcoure ma peau et je ferme les yeux. Bordel, ce que ça fait du bien, de le faire sans rien attendre derrière. Juste le coup d'un soir. Mes doigts se resserrent autour de ses cheveux, que je tire par automatisme et je donne quelque coups de bassin afin d'aller plus profond, d'explorer sa gorge de mon membre. Et même si ce manque de romantisme me convient, j'ai l'impression que ce n'est pas assez. Ainsi je tire ses mèches pour reculer sa tête jusqu'à la bloquer contre la porte et je m'enfonce dans sa bouche d'un coup sec. Il n'y a ni douceur, ni respect dans mon geste. Seulement de la brutalité et une envie de sexe. Je recommence plus d'une fois, sentant mes muscles s'électriser et se contracter à chaque coup que je fini par accélérer durant une petite minute. Je suis comme beaucoup de mec, j'aime qu'une nana me prendre en bouche, mais pour l'heure j'ai surtout très envie de la détruire un peu partout. Je me retire d'entre ses lèvres et la relève en continuant de tirer ses brindilles noires, l'invitant par la suite à se retourner. Sans même lui donner l'occasion de parlementer sur ma décision, je lui remonte sa robe et déchire son dessous. Mes mains viennent parcourir ses seins, se faufilent sous ses vêtements et caressent ou pincent ses pointes. « serre les dents poupée, je veux pas encore t'entendre crier. » j'aime quand je décide où et comment, quand et pourquoi. Il en va de même pour les sons émis, tant que je ne le dis pas, j'ai du mal à autoriser le moindre gémissement trop bruyant. Alors une de mes mains viennent à sa bouche, bloquant sa respiration le temps que je la pénètre, doucement. Afin qu'elle sente chaque centimètre de mon membre entré en elle, seulement lubrifié de sa salive, de l'épisode précédent.
Revenir en haut Aller en bas
TEST
avatar
Pseudo : Saoki / >c-project
Messages : 477
Date d'inscription : 27/08/2013
Orientation : Bisexuelle
Situation : Fiancée, mais infidèle et contre cette union

À savoir !
Degré:
5/10  (5/10)
Relationship:
Disponibilité:
Voir le profil de l'utilisateur http://remains.fofogourmand.com

Message  Sujet: Re: Lee Yoon Hyung     Sam 22 Avr - 9:32


Un brin de confiance,
un brin d'audace :
surmontes ta peur
YOONRI

et je la laisse parler. Je n'interviens plus, je la laisse râler. Je suis peut-être prétentieux, mais je suis certain de parvenir à lui faire surmonter sa peur, à la faire venir dans l'eau. J'ai la prétention de me dire ; si ce n'est pas moi, qui arrivera à le faire ? Il est évident que j'en suis arrivé au stade où je n'ai envie de la voir confiante qu'envers moi. C'est peut-être idée, mais cette fois ce n'est pas simplement par fierté, je veux être sûr de nos liens. Que notre intimité va au delà du simple fait de coucher ensemble et j'y tiens particulièrement ces derniers temps. Alors, je la laisse parler, je me dis qu'elle a seulement besoin de se défouler. Je suis conscient de ce que je demande, j'ai moins de craintes depuis mon séjour à NY, mais par exemple je suis incapable d'aller sur la tombe de ma mère, j'ai peur de faire mon deuil. Dans un sens je peux donc comprendre qu'elle ait peur de mettre un pied dans l'eau... ce n'est pas le même domaine, mais je suppose que c'est la même oppression dans le cœur. Je la regarde, mais je ne réagis que lorsqu'elle menace de partir et quand elle me tourne le dos. Mon organe vital se serre tant dans ma poitrine que je ne laisse qu'un soupire quitter mes lèvres avant de lui attraper le poignet et venir coller mon torse à son dos. Une main nouée à son ventre et l'autre nouée à la sienne. « Ne fais pas ça chaton. » au fond, je ne sais pas, j'avais simplement besoin de sa confiance. Ça devenait important pour moi, qu'elle compte entièrement sur moi. « J'ai pas envie de faire ton bourreau ou de te forcer. » pour une fois c'est vrai, je veux vraiment y aller en douceur, que cet instant nous apporte du bien, autant à l'un qu'à l'autre. Je ne veux pas être face à une bataille acharnée. « Dis, tu veux pas avoir confiance en moi ? Tout va bien se passer, je suis là. Tu le sais, je suis toujours là. Je ne laisserais rien t'arriver. » je l'ai déjà prouver, plus d'une fois, j'en ai fais ma priorité. Et au final, elle est beaucoup trop importante pour que la laisse se noyer, la lionne. Je trace un cercle autour de son nombril et j'embrasse ses cheveux, pour finir sur son cou et chatouiller son oreille de ma langue. « Dans le petit. Jusqu'au nombril. Je peux te distraire pendant qu'on rentre... » je laisse ma phrase en suspend tandis que ma main lâche la sienne et caresse son bras pour revenir à son épaule et glisser à sa poitrine. Touchant son sein à même le tisse, frottant celui-ci contre sa pointe. Tandis que mon autre main s'aventure plus loin, venant caresser l'intérieur de sa cuisse. « Reste. » avec moi. qu'elle ne parte pas, je ne veux pas. « Viens. » avec moi. Dans l'eau. Je veux savoir sa peau trempée contre ma peau mouillée. Que le bruit de nos vagues emplissent le lieu vide. Et je la fais avancer tout doucement vers le petit bain, pendant que mes mains continuent leurs traitements, que ma langue s'amuse de la peau de son cou, avant que mes lèvres y laissent une volée de baisers.


© kerushirei


Revenir en haut Aller en bas
TEST
avatar
Pseudo : Saoki / >c-project
Messages : 477
Date d'inscription : 27/08/2013
Orientation : Bisexuelle
Situation : Fiancée, mais infidèle et contre cette union

À savoir !
Degré:
5/10  (5/10)
Relationship:
Disponibilité:
Voir le profil de l'utilisateur http://remains.fofogourmand.com

Message  Sujet: Re: Lee Yoon Hyung     Sam 22 Avr - 9:54




OOTD | elle me rappelait Maeum. C'était peut-être pour ça que je me sentais proche et ému à ses côtés. étrange sentiment que celui d'être doux et avenant. Je n'avais pas fait ça depuis bien longtemps, ces souvenirs semblaient perdus dans un monde que je ne connaissais pas. Que je ne connaissais plus. Dans ma chambre, devant mon miroir, je me lavais les dents d'un air pensif, comment en étais-je arrivé là ? Je n'avais pas pour habitude d'être ce petit copain si qui on pouvait compter, ni même m'éprouve d'une fille libre ou aussi timide. J'aimais celles qui sortaient les griffes, et qui écartaient les jambes facilement. J'appréciais séduire les jeunes vierges uniquement si elles étaient prises et que je pouvais les dépuceler avant l' "amour de leur vie". Pourtant, en proposant ce cinéma, et en proposant tous nos autres rendez-vous précédents, je n'avais pas la moindre intention de la toucher, de la forcer. C'était... bizarre. Pour moi. Pour ma façon d'être. Je n'avais plus été comme ça depuis bien longtemps. Même Min Ri n'avait pas cette réticence de ma part, ces limites. D'un côté, c'était frais et rafraîchissant, mais de l'autre ça devenait terriblement dérangeant. Je n'aimais plus toute cette sincérité dans les sentiments. Et pourtant, ce rendez-vous me ravissant plus qu'il ne le devrait.
Je me rendais devant les salles l'âme calme et sereine, j'avais simplement envie de passer une bonne soirée en sa compagnie. Elle souriait tout le temps, j'aimais son sourire. Comme j'avais aimé celui de ma demi-sœur. Et si me souvenir d'elle aurait dû me blesser ((ou m'énerver)), il me rapprochait davantage de la demoiselle, qui avait le droit à une relation exclusive de ma part. Bien que j'étais toujours incapable de virer Min Ri de mon crâne, je pensais vraiment qu'elle était à présent mon amie la plus précieuse, mon oxygène, mais que les sentiments que j'éprouvais pour elle n'était pas les mêmes que ceux que j'éprouvais pour Eun Mi. Et tandis que je réfléchissais, le temps filait sans que je ne m'en rend compte, jusqu'à ce que je l'aperçoive. Un sourire aux lèvres, je la laissa s'approcher, mais je ne le touchais pas non plus. Elle n'aimerait pas ça de toute manière et son sourire me suffisait. Les étoiles dans ses yeux aussi. « Ne t'en fais pas, je suis capable d'attendre le temps qu'il faut. » et pour le coup, j'étais presque sûr que c'était vrai. Mais je ne m'éternisais pas sur la réponse et reporta mon attention sur les fiches, un sourire amusé aux coins des lèvres. « On s'en fout princesse. Choisit un chiffre entre un et six. » le chiffre tiré sera le film qu'on irait voir, je ne me suis pas renseigné sur les sorties actuels, je ne le faisais jamais en vérité, quand j'allais au cinéma je choisissais mes films sur le coup du hasard. Alors je lui pris la main et l’entraîna vers la caisse, en attendant qu'elle dise sa sélection ((son chiffre)) à la vendeuse. Je riais de bon cœur face à l'incompréhension de celle-ci en précisant qu'on prendrait deux places pour le film correspondant au numéro et paya nos places ensuite. « Tu veux quelque chose à manger ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: Lee Yoon Hyung     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Lee Yoon Hyung
 Sujets similaires
-
» Hyung-Taik Lee


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: